Festival des saveurs Hauts-de-France

Festival des saveurs

Retrouvez mon discours d'inauguration du Festival des saveurs Hauts-de-France

Monsieur le Maire, Mesdames, Messieurs les Conseillers Régionaux, Mesdames, Messieurs les élus, Monsieur le Président du Rotary, Mesdames, Messieurs les exposants,
Saveur : du latin sapor, goût, saveur ou sapere : avoir du goût.
Peut être agréable, exquise, fade, forte, pimentée, acide, âcre, sucrée , salée,
Qualité perçue par le sens du goût….
Quand on affirme qu’un plat est savoureux, tout est dit !
Certes, il faut manger sainement pour vivre en bonne santé. Il est bon de le rappeler.
Mais se régaler, avoir plaisir à manger n’est pas incompatible !
La saveur est essentielle dans notre alimentation.
On associe le mot saveur au mot plaisir,
le repas doit être un plaisir…surtout en France 
C’est tout sauf une corvée !
Il n’ y a qu’ à constater le regain d’intérêt pour le « cuisiner maison » !
Bravo et merci au Rotary de réhabiliter cette notion de saveur, de mettre en avant le goût et le plaisir de manger… de savourer… de déguster.
Le Rotary qu’on sait animé par la promotion des langues ( salon de février) s’emploie à promouvoir, ce week end, à travers ce festival, les vertus gustatives de nos langues.
Cet événement connait fort opportunément une nouvel élan cette année, année post- loi egalim ( sur l’alimentation, qui commence enfin à produire des résultats…le temps législatif est très long….)
« De la fourche à la fourchette », c’est ainsi qu’on la résume, en prônant le circuit court qui est devenu très tendance parmi les citoyens, et relayé par une volonté très forte et consensuelle- c’est agréable de le souligner- du gouvernement et des élus à tous niveaux , nationaux, régionaux et locaux.
On peut quasiment affirmer que la saveur est inversement proportionnelle à la longueur du circuit d’acheminement des produits frais…
Je fais partie de ceux qui pensent qu’il est préférable que la marge aille aux producteurs ou transformateurs plutôt qu’aux transporteurs ou aux plateformes……
Nous sommes devenus des consom’acteurs, ici à Béthune, et pas seulement à Paris ou dans les métropoles régionales.
Le changement de nos comportements évolue à toute allure.
Forts de nos 26 000 exploitations agricoles HDF, de leurs 37 000 emplois, d’une progression de 20% en 2018 des hectares bio avec 1000 fermes bio, notre région Hauts-de-France est au cœur et en même temps, à la pointe de la nouvelle alimentation.
Forts de producteurs locaux du Bas-pays et au-delà, de nos lycées Yourcenar à Beuvry et Malraux à Béthune ou Mendes France à Bruay, pour la formation, de nos restaurants, de nos confréries, ou de notre irremplaçable Pépée le mat, ambassadrice du bon goût que nous retrouvons avec grand plaisir au pied d’un beffroi qui lui est cher, le Béthunois a des atouts pour être, pas seulement le temps d’un week end , la capitale d’un cluster altofrançais de la gastronomie.
Je salue cette initiative partenariale, qui permet à cette belle manifestation d’avoir lieu, d’attirer et sensibiliser tout un public qui se détourne de plus en plus des grandes surfaces et privilégie l’artisanal à la grande série, qui opte pour la déconsommation, c’est-à-dire affiche désormais une préférence pour le mieux par rapport au plus.
Mieux vaut un produit de qualité que deux de qualité moindre.
Merci à la ville de Béthune et au Rotary de nous permettre de savourer, de déguster de nous régaler… avec modération et curiosité.
Je propose, pour conclure, un Vivat artésien pour ce salon des saveurs!

zoom sur...

Mes rapports parlementaires

rapport parlementaire

Retrouvez en téléchargement mes rapports d'informations

Mes lettres d'information