Plan de lutte contre la pauvreté : l'intelligence collective en action

Il y a un an, le Président de la République présentait une «stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté», fondée sur la prévention de l’exclusion et l’accompagnement vers l’emploi.

Le gouvernement poursuit cette lutte en lançant une concertation auprès des acteurs en charge de l'insertion.

Car le constat est sans appel : les politiques d’insertion actuelles sont insuffisantes.

Les délais d’orientation sont trop longs, le contrat passé avec l’allocataire souvent trop tardif, et les moyens d’accompagnement manquent de cohérence.

L’ambition est claire : lutter contre la reproduction des inégalités, en s’attaquant aux causes profondes de la pauvreté et donc en renforçant notre système social.

En lançant la concertation sur le Service Public de l’insertion, associée à l'annonce du Pacte d'ambition pour l'insertion par l'activité économique, le gouvernement permet à tous les acteurs concernés, publics et privés, de réfléchir ensemble aux réformes d’accompagnement nécessaires pour remettre le pied à l'étrier aux personnes éloignées du marché du travail.  

Ce service public de l’insertion a vocation à transformer en profondeur les politiques d’accompagnement des bénéficiaires des minimas sociaux et de nos concitoyens les plus démunis, pour leur garantir une sortie la plus rapide et la plus durable de la précarité.

Le nombre de personnes fléchées vers la réinsertion par l'activité économique va passer de 140 000 à 240 000 d'ici 2022. 100 000 personnes bénéficieront d'un acompagnement global visant à gommer les freins périphériques qui bloquent l'accès à l'emploi. Nous devons faire sauter ces verrous.

Aussi pour fluidifier le parcours des personnes à accompagner, les conseils départementaux, collectivités, associations, travailleurs sociaux, services de l’Etat vont travailler ensemble pour garantir sur tout le territoire, et à nombre de nos concitoyens des raisons de croire en leur avenir. C'est une condition sine qua non pour libérer les énergies et faciliter la mise en action de l'intelligence collective.

L’organisation de cette réflexion sera organisée à plusieurs niveaux et la volonté est d'associer en premier lieu les collectivités qui œuvrent sur le terrain pour l’insertion.

Mardi 10 septembrele Président de la République Emmanuel Macron, et la Ministre du travail Muriel Pénicaud, se sont déplacés à Bonneuil-sur-Marne, pour lancer officiellement cette concertation.

Notre association béthunoise "Tisse 1 lien" était présente.

Gilliane Hérisson, fondatrice de "Tisse 1 lien", créée en 2018, a été invitée à témoigner lors du déplacement à Bonneuil-sur-Marne. "Tisse 1 lien" est l’exemple même de ces acteurs sur le terrain qui permettent à des personnes éloignées de l'emploi d’intégrer une activité économique. L’association propose des ateliers de couture et les autres métiers connexes.

C’est avec beaucoup d’émotion que Gilliane a expliqué devant le Président de la République et la Ministre du Travail son projet. Muriel Pénicaud était très attentive et a été très interpellée par l’expérience de notre dynamique animatrice béthunoise.

Une bouffée de fierté pour notre territoire.

 

zoom sur...

Mes rapports parlementaires

rapport parlementaire

Retrouvez en téléchargement mes rapports d'informations