Mes Actions

Marguerite Deprez-Audebert

Centre Hospitalier de Béthune-Beuvry

J’ai un dialogue régulier avec la ministre Agnès BUZYN, surtout depuis sa venue à Laventie en septembre dernier.

Elle a tenu à me réaffirmer que la place du Centre Hospitalier, indispensable sur le territoire de l’Artois, a été confortée au sein d’un territoire dont le schéma d’organisation vient d’être repensé.

C’est dans cette perspective que l’Agence Régionale de Santé accompagne l’établissement, afin de renforcer sa place et son positionnement.

Elle est catégorique là-dessus.

 

Dans le cadre de la préfiguration du nouvel hôpital de Lens, établissement support du Groupe Hospitalier de Territoire (GHT) de l’Artois, un schéma d’organisation territoriale des activités de proximité et de recours entre les deux hôpitaux de Lens et de Béthune a été défini, permettant de garantir la réponse aux besoins de la population sur la zone de proximité de Béthune-Bruay et celle de Lens-Hénin.

L’aboutissement de cette réflexion avec les communautés médicales et la direction consolide la place du centre hospitalier de Béthune sur son territoire.

L’inscription du Centre Hospitalier de Béthune-Beuvry au COPERMO était inexorable, du fait d’une dégradation constatée sur l’exercice 2017, qui s’est malheureusement accentuée en 2018.

Cette dégradation est notamment liée à la fermeture du service de cardiologie et de son unité de soins intensifs, fermeture que je déplore, comme vous tous .

Pour le Centre Hospitalier de Béthune-Beuvry comme pour d’autres établissements dans la région Hauts-de-France, l’évolution de la démographie des cardiologues- on le sait- n’a pas permis de maintenir tout ou partie de ces activités sur le Centre Hospitalier de Béthune-Beuvry.

A noter cependant, que la mise en place d’une équipe médicale commune, entre les centres hospitaliers de Lens et Béthune permet le maintien de cette offre sur le territoire du Béthunois et doit faciliter les futurs recrutements, en donnant l’accès à tous les cardiologues, notamment de Béthune, au plateau technique très spécialisé du centre hospitalier de Lens.

De même, si les capacités d’hospitalisation conventionnelle de cardiologie sont désormais concentrées sur le centre hospitalier de Lens, la création de neuf lits de soins critiques supplémentaires au centre hospitalier de Béthune-Beuvry, permet de traiter les patients avec des problèmes cardiologiques qui ne nécessitent pas un transfert à Lens. Cette organisation participe ainsi à consolider l’offre que propose l’établissement sur son territoire.

En tout état de cause, cette réorganisation ne doit pas entrainer l’établissement dans un déficit qui supprimerait toute capacité d’investissement et à terme la pérennité de ses structures, alors même celui-ci et son rôle de recours sur le territoire de Béthune-Bruay ne peuvent être et ne sont pas remis en cause.

Toutefois, il appartient à l’établissement de mener les actions nécessaires au rétablissement durable de son équilibre budgétaire, de manière notamment à soutenir les investissements nécessaires

L’Agence Régionale de Santé Hauts-de-France accompagne ainsi le Centre Hospitalier de Béthune-Beuvry dans l’élaboration de son plan, mais aussi dans cette phase de transition financièrement difficile ; pour rappel les 4M€ en soutien à la trésorerie.

Au-delà de cette aide et consciente également des investissements stratégiques à mener, notamment sur le bloc opératoire, l’Agence Régionale de Santé a également versé une première aide de 1M€ visant à financer le lancement de l’opération.

Ces accompagnements témoignent, au-delà des intentions, de l’importance qu’accorde l’Etat et l’Agence Régionale de Santé Hauts-de-France au Centre Hospitalier de Béthune-Beuvry, si l’agence ne pourra pas maintenir un tel niveau d’accompagnement dans le futur, l’annonce cette semaine de l’augmentation des tarifs, rétroactive au 1 janvier 2019, va donner un peu plus d’oxygène à notre hopital et au GHT.

0, 5%, cela semble peu mais cela représente 200 millions au plan national, soit environ 1 500 000 euros environ par GHT.

 

Il est un autre combat à mener par les acteurs locaux, pour rendre le Béthunois attractif.

C’est de le rapprocher de Lille et d’améliorer la mobilité des praticiens. Béthune s’est laissée enclaver depuis 20 ans...

Il est indispensable de désenclaver notre territoire, d’améliorer les dessertes routières et ferroviaires.

Restez connecté avec votre députée

Permanence Parlementaire de Marguerite Deprez Audebert

Adresse

34, rue Eugène Haynaut 62400 Béthune

Tél.: 03.21.52.92.04