Mes Actions

Marguerite Deprez-Audebert

 

Coopération France-Allemagne

une nouvelle étape à Aix-la-Chapelle

 

C’est un lieu symbolique, qui renvoie à notre histoire. C’est là qu’est enterré  l'empereur Charlemagne.

Il évoque aussi un précédent traité, celui de 1668, signé entre Louis XIV et le roi d’Espagne pour mettre fin à la guerre dite de dévolution qui contraint les Espagnols à céder bon nombre de villes flamandes. 

Aix la Chapelle, c’est aussi un lieu symbolique aussi géographiquement car ville allemande la plus proche de Bruxelles et donc de la capitale de l’Europe.

 

Pour nous, altofrançais, c’est la porte d’entrée de l’Allemagne.

 

Le texte ratifié le 22 janvier dernier, commis après de nombreux échanges, où chaque mot a été pesé, est un prolongement du traité de l’Elysée, signé il y a 56 ans par le général De Gaulle et le chancelier Konrad Adenauer.

Il a pour visée de renforcer la coopération et l’intégration franco-allemande. Il tient en 6 pages, 7 petits chapitres et 28 articles.

 

J’y ai relevé quelques points très importants à mes yeux et surtout pour notre territoire :

  • d’abord l’affirmation de la volonté que notre Union Européenne repose sur une base industrielle forte et promeuve l’indispensable « convergence économique, fiscale et sociale, ainsi que la durabilité dans toutes ses dimensions »
  • ensuite, dans le chapitre culture et enseignement, et parce que j’ai la ferme conviction que l’Europe ne se construit pas seulement avec des traités mais aussi et surtout sur le terrain, l’encouragement de nos universités à participer à des réseaux d’universités européennes. Par ailleurs, je me réjouis qu’un fonds citoyen commun soit constitué « destiné à encourager et soutenir les initiatives de citoyens et les jumelages, entre villes dans le but de rapprocher les peuples ».
  • C’est ce que nous avions été les premiers à faire dans le Pas-de-Calais, il y a près de 60 ans, avec les communes de la région de la Ruhr en Rhénanie Wesphalie (Les exemples de Béthune et Schwerte, de Lillers et Marsberg en témoignent). Je vois là une possibilité de les réactiver et de les multiplier.
  • Enfin, dans le domaine économique, est prévue une harmonisation bilatérale, précurseur d’un futur code européen des affaires, qui devrait plutôt à mon sens s’appeler code européen des entreprises, un vrai mode d’emploi pour œuvrer sur le marché européen.

Un pas de plus dans la construction européenne a donc été franchi ce 22 janvier. Il faudra veiller à son application.

Cela incombera à la future assemblée des 50 parlementaires Français et 50 parlementaires allemands.

La feuille de route ne devrait pas tarder.

 

MDA

 

Restez connecté avec votre députée

Permanence Parlementaire de Marguerite Deprez Audebert

Adresse

34, rue Eugène Haynaut 62400 Béthune

Tél.: 03.21.52.92.04