Mes Actions

Marguerite Deprez-Audebert

 En 2019, il s’agira de passer du jaune ... au vert !
 
2018 aura été une année difficile.
 
Nous nous y attendions... mais pas à ce point là.
 
La France avait besoin d’être réformée.., certains chantiers ont démarré... qui figuraient dans le programme du candidat Macron.
 
D’autres sont venus s’ajouter créant un trop plein et aussi de la confusion, comme celui de la limitation de la vitesse à 80km/h par exemple.
 
Pris dans ce tourbillon, concitoyens, parfois élus et aussi la sphère médiatique ont perdu le cap qui était :
  • créer une dynamique qui encourage le travail, et récompense les actifs, un thème également cher à Xavier. BERTRAND, Président des Hauts-de-France, puisqu’il en avait fait le thème central de sa campagne en 2015,
  • motiver les entrepreneurs,
  • et l’urgence climatique se faisant sentir, privilégier parallèlement la protection de notre planète en réalisant la transition énergétique.
 
Certains d’entre nous ont décroché, la stratégie devenant moins lisible ; d’autres, frustrés que le cinquantenaire de mai 1968 n’ait été dignement fêté en mode révolution, en ont rêvé.
 
La tolérance à la taxe a atteint son niveau maximum.
 
Des fausses informations se sont mises à circuler qui ont embrasé l’opinion des plus fragiles, ET s’est propagé à la vitesse des réseaux sociaux (jadis on disait de la lumière!) le mouvement des gilets jaunes.
 
Sacrée trouvaille marketing pour celle qui a eu l’idée d’utiliser cet accessoire symbolisant la France qui roule, plus souvent contrainte que de bon coeur.
 
Mais il y avait gilets jaunes et gilets jaunes.
 
Je ne vais pas m’étendre sur les mauvais GJ... même si je ne sous-estime pas ce qu’ils signifient.
Ceux-là étaient pour la plupart dans le déni de la démocratie et prônaient une remise en question nos institutions.
 
Chez nous , dans le Pas de Calais, il s’est agi souvent des Bons GJ. Et je les ai écoutés mais aussi « entendus ».
Leur mal-être, pour les plus anciens, n’est pas récent.
Pour les plus jeunes, il est du à une situation professionnelle précaire, souvent accentuée par une situation familiale non stabilisée.
L’explosion des foyers mono-parentaux, avec pour corollaire, celle des dépenses contraintes, ne semble pas avoir été anticipée par les gouvernements successifs.
Bon nombre de citoyens ont du mal à joindre les deux bouts, c’est sûr.
 
Mais beaucoup souffrent aussi d’isolement.
Jadis, au temps où nos concitoyens pouvaient se retrouver au café du commerce pour refaire le monde, échanger, évacuer leurs inquiétudes, le bistrot remplissait une mission quasi thérapeuthique.
Les cafés ayant malheureusement quasi disparu, ce sont les ronds points qui ont servi d’ersatzt, devenant des lieux spartiates de convivialité, voire des bases de vie éphémères.
Et nombre d’entre nous ont retrouvé, par les échanges et le dialogue, un sens à leur vie.
A ceux là j’ai proposé de s’engager dans la vie démocratique et dans les prochaines campagnes des municipales.
 
La trêve de Noël est arrivée à point nommé.
 
Le prix du pétrole est reparti à la baisse.
 
Le Président Macron, le Gouvernement ont pris des mesures votées par le Parlement.
 
Avec la fin de l’année, va s’annoncer l’heure des comptes.
 
La révolte des JG coûtera bien plus que dix millards , si l’on compte le manque à gagner des entreprises et commerces en novembre et décembre.
 
Et surtout le problème du financement de la transition énergétique n’est pas réglé.
Certes il n’incombe pas à la France de le résoudre seule. C’est un sujet mondial.
Mais la France et, derrière elle, l’Europe doivent montrer l’exemple.
 
En 2019, il s’agira de passer du jaune au vert !
 
La pétition actuellement en ligne sur l’urgence climatique et qui connait un très fort taux d’adhésion, reviendra certainement dans les débats démocratiques qui auront lieu jusqu’au 15 mars.
 
Le climat sera donc aussi un de ces principaux thèmes sur lesquels se focaliseront les élections européennes de mai.
 
Bonne fin d’année
 
MDA

 

Restez connecté avec votre députée

Permanence Parlementaire de Marguerite Deprez Audebert

Adresse

34, rue Eugène Haynaut 62400 Béthune

Tél.: 03.21.52.92.04