Mes Actions

Marguerite Deprez-Audebert

 Impossible de passer sous silence les manifestations qui perturbent notre pays.

 

Impossible de passer sous silence les manifestations qui perturbent notre pays. Les Français sont très attachés à leur véhicule ; après le toit, c’est là qu’ils mettent beaucoup de passion.

L’automobile reste un symbole d’émancipation. Mais c’est aussi pour nombre d’entre eux un outil de travail, pour beaucoup un moyen d’aller au travail. Depuis des décennies, on les a incités à vivre de plus en plus loin des centres d’activité.

Parallèlement, on a mis au placard la politique d’aménagement du territoire, telle qu’elle s’exprimait à travers cet organisme si efficace que fut la Délégation à l’Aménagement du Territoire et à l’Action Régionale ( DATAR). Avec la décentralisation, chaque collectivité a raisonné pour elle et plus souvent dans le court terme et l’échéance d’un mandat que dans l’anticipation.

On a permis aux citoyens de satisfaire leur appétence pour la maison individuelle, sans en mesurer les côuts induits. Il est évidemment moins cher pour la collectivité d’assurer des services à une population groupée qu’essaimée . On irrigue plus facilement un territoire concentré qu’un territoire étalé.

Les événements que nous vivons marquent donc pour moi en quelque sorte l’échec de cette décentralisation.

Le Gouvernement actuel a conscience de ce problème qui a créé un vrai ministère de la Cohésion des territoires, mais sa tâche sera ardue.

Dans l’une des deux France, la périphérique, il y a un sous-ensemble qui est pris en otage par la voiture, par sa ou ses voitures. Ceci est d’autant plus perceptible dans notre région où l’on a un véritable attachement à l’automobile. Beaucoup de nos concitoyens ont leur vie professionnelle liée à l’industrie automobile; qui est apparue comme un espoir après l’arrêt du charbon. Chez nous, on est "auto-addict ".

Les événements que nous subissons marquent aussi la faiblesse souvent dénoncée des gouvernants successifs qui ont masqué la vérité, notamment en ce qui concerne la dégradation de notre environnement

ll y a longtemps que l’on aurait dû agir et mettre en œuvre la fiscalité verte.

Aujourd’hui, les Français mal éclairés pendant des décennies, ne comprennent pas le caractère incitatif de cette fiscalité et ne veulent voir que son aspect distributif. Pour eux, associer la voiture à la cigarette, c’est incompréhensible, c’est même de la provocation.

Alors ces Français décrochent; ils s’expriment par des actions de terrain mais ils ne veulent plus écouter. Habitués au court terme et fragilisés pour certains par les difficultés de leur quotidien, ils ne veulent plus entendre parler d’avenir.

Les élus ont leur part de responsabilité, certes mais la presse aussi, qui n’a pas su informer objectivement les citoyens et a trop souvent cédé à la tentation de l’immédiateté au détriment des mises en perspective.

Ces derniers jours, certains journalistes responsables faisaient le mea culpa de leur profession.

C’est bien de le reconnaître mais maintenant il s’agit de redresser la barre du navire France avant qu’il ne se fracasse.

Le Président de la République n’y parviendra pas seul.

 

MDA

Restez connecté avec votre députée

Permanence Parlementaire de Marguerite Deprez Audebert

Adresse

34, rue Eugène Haynaut 62400 Béthune

Tél.: 03.21.52.92.04

Abonnez-vous à ma newsletter