Ma vie de députée

Marguerite Deprez-Audebert

Lundi 13 avril, le Président de la République a annoncé la prolongation du confinement jusqu'au 11 mai pour tenter d’augmenter le recul de l'épidémie. Le virus ne disparaitra pas mais nous allons devoir nous adapter à sa présence et aux contraintes qu'il nous impose.

Cette semaine j’ai assisté à des visioconférences organisées par le groupe travail tourisme de la commission des Affaires économiques. Nous avons auditionné le Président de Belambra, la nouvelle directrice générale d’Atout France, l’agence de promotion de France à l’étranger, la Direction Générale des Entreprises (DGE), l’UMIH, confédération de l’hôtellerie, etc. De nombreux acteurs qui souhaitent donner une impulsion à la relance économique du tourisme. En effet, le tourisme (7,2% du PIB) est avec la culture, l’un des secteurs les plus touchés face à la crise sanitaire. Les lieux de rassemblement public, tels que les cafés, hôtels, restaurants, cinémas, théâtres et musées resteront encore fermés après le 11 mai. Je poursuis mon travail de parlementaire en suivant ces auditions, nous allons œuvrer à trouver des solutions durables.

Un autre secteur touché est celui du secteur numérique. J’ai pu interroger jeudi au nom du groupe Modem, Cédric O, secrétaire d'état chargé du Numérique. J’ai évoqué la fracture territoriale face au numérique et les difficultés du télétravail. Beaucoup de Français manquent d’équipements ou/et d’un réseau de qualité. Le gouvernement a effectué un important travail depuis le début de mandat afin de réduire les zones blanches, et résorber les fractures numériques mais face au Covid-19, elles sont encore trop présentes. Et le déploiement prend un retard significatif car les chantiers sont à l’arrêt.

Le ministre a rappelé le numéro de solidarité numérique (01 70 772 372) ; la plateforme sera sûrement pérennisée après la crise. Il a aussi salué le travail des opérateurs malgré les difficultés d'organisation. Face à la crise, la priorité est de maintenir les réseaux avant de continuer à déployer de nouveaux services. Nous devons revenir rapidement après la crise au rythme de déploiement d'avant la crise (qui est le plus rapide du monde : 19 000 nouveaux réseaux tous les jours).

De nombreuses autres réunions ont été organisées cette semaine, les hebdomadaires, comme celle du groupe Modem, et les QAG (Questions d’Actualité au Gouvernement) mais aussi celle de la commission des Affaires européennes. Lors de cette dernière nous avons auditionné M. Xavier Ragot, Président de l’OFCE (l'Observatoire français des conjonctures économiques) et M. Éric Chaney, conseiller spécial à l’Institut Montaigne sur la coopération économique européenne. Des échanges captivants avec ces deux experts qui ont donné un point de vue à la fois lucide et constructif.

Vendredi, retour à la permanence (ambiance clinique) pour faire le point du courrier.

Le soir point hebdo entre les parlementaires du département et les responsables des services préfectoraux, le directeur de l’agence régionale de santé, Etienne Champion et le Préfet Sudry … en visio cette fois-ci (tout le monde s’y met !)

3 heures d’échanges, de questions souvent intéressantes. J’y évoque trois sujets qui m’interpellent : l’isolement des personnes âgées qui vivent encore à leur domicile dû au fait que bon nombre d’aide-ménagères ont été mises en chômage partiel… ce qui atteint leur moral ; je mets en garde contre la spirale confinement, isolement, glissement.

D’ailleurs, entre temps le Gouvernement a fait savoir que les personnes âgées ne seraient pas en confinement prolongé après le 11 mai dans la mesure, où leur santé est stable.

Je me fais aussi le relais du docteur Derveaux, Président de la commission médicale de l’hôpital de Béthune, qui craint le post confinement et réclame un isolement systématique des personnes détectées ultérieurement à la faveur des tests.

Son message aura été entendu puisque le Premier ministre l’a annoncé dans sa conférence dimanche en fin d’après-midi.  Tout comme la nécessité que la population s’approprie les procédures liées au déconfinement afin de garantir leur respect et qu’il soit bénéfique au pays.  « Faire de tous les Français des acteurs du déconfinement » était certainement la phrase à retenir de la présentation pédagogique  qui a été faite aux téléspectateurs.

Un discours à trois voix, dont celle du ministre -médecin et de la professeure infectiologue  qui invitait à l’écoute et la réflexion.

Nous ne sommes pas au bout du tunnel mais ensemble nous y arriverons.

zoom sur...

Mes rapports parlementaires

rapport parlementaire

Retrouvez en téléchargement mes rapports d'informations